Pour diverses raisons, vous cherchez à condamner une porte, mais vous ne voulez pas l’enlever pour autant. Il y a bien sûr des travaux à envisager que ce soit pour une porte entre deux pièces ou celle destinée à l’entrée afin de pénétrer dans le logement.

Il ne faut pas être négligeant puisque l’isolation doit être parfaite afin d’éviter les déperditions de chaleur.

Il est important de préciser que cette ouverture sur l’extérieur peut laisser le froid pénétrer dans l’habitation, d’où l’intérêt de bien suivre ces conseils.

Des parpaings ou des plaques de plâtre.

Si vous ne souhaitez pas enlever la porte, vous devez forcément la boucher, mais il est impossible de réaliser un simple enduit. Ce dernier pourrait alors s’effriter puisque l’ouverture n’est pas fixe. Il est conseillé, dans un premier temps, de bien visser la porte dans le bâti pour qu’elle ne puisse pas bouger même lorsqu’elle est fermée.

Pensez également à enlever les verrous ainsi que les poignées puisque ce sont des obstacles.

  • Le but premier consiste à avoir une surface bien lisse que vous pourrez reboucher plus aisément.
  • N’oubliez pas de visser en haut et en bas la porte dans le bâti, voire dans le mur pour que la solidité soit importante.
  • Vous pouvez ensuite visser une plaque de plâtre surtout dans les portes en bois, si elles sont construites avec un autre matériau, il faut envisager l’application de tasseaux.

Dans tous les cas, avec des parpaings ou des tasseaux, vous serez contraint de doubler l’épaisseur de votre mur pour ne pas avoir un habillage visible. Cela peut être intéressant si vous envisagez d’isoler par exemple votre logement via l’intérieur. Il faudra ensuite réaliser l’enduit sur les côtés pour avoir une surface bien lisse puis poncer toutes les aspérités.

Boucher une porte sans doubler les murs

Vous souhaitez uniquement fermer cette porte et avoir un habillage sans, forcément, doubler l’épaisseur. Il est alors préférable de prendre des plaques très minces et d’appliquer un isolant également avec une faible épaisseur. Certains sont faciles à poser puisqu’il suffit de les coller avec l’adhésif. Vous pourrez également creuser un peu le bâti pour que la plaque de plâtre se retrouve à la même hauteur que les murs qui entourent votre porte. Cela demande des travaux un peu plus pointilleux et, si vous avez besoin d’informations supplémentaires, un expert pourra vous aider.

Lorsque vous décidez de condamner une porte et que vous êtes propriétaire du logement, vous devez souvent procéder à des changements notamment au niveau des plans puisqu’une pièce possède désormais une seule ouverture, et non deux. Cela peut clairement avoir une incidence lors d’une future vente par exemple.

Lorsque les portes sont condamnées avec ces méthodes, vous pouvez tout de même enlever les plaques de plâtre et retrouver le bâti.

Cette technique n’est donc pas définitive et peut s’adapter à certaines situations. Vous pourrez toujours enlever l’habillage pour retrouver cette ouverture dans le cadre d’une prochaine vente par exemple.

Pourquoi ne pas enlever la porte ?

Vous avez décidé de laisser cette porte qui fait la jonction entre deux pièces de votre logement. Toutefois, pourquoi ne pas l’enlever et combler le trou ? Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer ce choix surtout si vous êtes locataire. Vous avez l’occasion de réaliser des travaux dans le logement, mais il faudra le remettre en état lors de la remise des clés si votre bail est terminé.

  • De ce fait, vous pouvez condamner de manière éphémère et partielle une porte sans, toutefois, l’enlever.
  • Si vous supprimez cette porte, vous aurez un trou et vous ne pouvez pas empiler des parpaings sans les fixer contre les arêtes du mur.
  • Dans le cas contraire, il suffira d’une petite pression pour que le mur qui fait office de barrière tombe.
  • De ce fait, enlever une porte pour la condamner est beaucoup plus complexe et cela entraîne des travaux conséquents.

Dans ce dernier cas de figure, si vous souhaitez tout de même ôter la porte pour condamner le trou, nous vous conseillons de vous rapprocher d’un professionnel qui réalisera alors un devis. Ce dernier vous permet de chiffrer ainsi les travaux et de les valider ou de les refuser.